dimanche 25 avril 2010

Maudite soit Bénédicte!

Le brunch dominical est décidemment en passe de devenir un véritable rituel chez les DuPasq. Aujourd’hui, c’était au tour de nos sympathiques voisins norvégiens, Xenia et Lazslo, de goûter à la cuisine expérimentale de la soussignée.



Si j’aime bien tester de nouvelles recettes à chaque fois, il y a tout de même un plat qui revient de manière obsessionnelle au menu, semaine après semaine: les œufs Bénédicte. En gros, des œufs pochés, posés sur des toasts et enrobés d’une bonne louche de sauce hollandaise. Je vous passe mes tentatives concernant cette dernière; à chaque fois, la mixture a échoué à la poubelle, remplacée par un vulgaire berlingot industriel. En revanche, j’ai toujours gardé espoir de réussir un jour de parfaits œufs pochés. C’est en forgeant que l’on devient forgerons, n’est-ce pas ? Hélas, ce dicton ne semble pas s’appliquer à l’albumen qui, après des mois d’essais, trouve encore le moyen de se faire la malle dans l’eau de cuisson. Bref, après une énième Bérézina, je commence à percer l’origine de l'expression «va te faire cuire un œuf». Brouillé, en l'occurence!
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Faites chauffer de l'eau dans une grande casserole avec le vinaigre et 1 cuillère à café de sel. A ébullition, baissez le feu pour pocher les oeufs. Tapissez le fond d'un petit bol de film alimentaire, cassez 1 oeuf dedans et refermez le film avant de plonger ce petit sac dans l'eau bouillante. Au bout de 4 minutes environ sortez le petit sac..(et si ça marchait?)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le conseil. J’avais déjà essayé cette technique, pour un résultat encore pire que d’hab… J’ai fini par me convaincre que le seul vrai facteur de réussite réside dans l’absolue fraîcheur des œufs. Il ne me reste plus qu’à acheter des poules pondeuses, histoire d’être sûre de mon coup ! ;-)

    RépondreSupprimer