jeudi 5 août 2010

Yunnan #2: Lijiang

«What am I doing here?» C’est par cette question-titre que commence l’un des livres de Bruce Chatwin. J’avoue avoir découvert l'ouvrage seulement suite à la rencontre – voici douze ans – d’un personnage que le feu écrivain-voyageur a lui-même contribué à rendre célèbre. J’ai nommé là le très folklorique et controversé docteur Ho du village de Baisha, décrit dans un accès de lyrisme comme «le médecin taoïste des montagnes du Dragon de jade de Lijiang».


L’aura du vieux toubib est apparemment pas mal retombée depuis (la dernière édition du Lonely Planet ne lui consacre que quelques lignes, contre un encadré d’une bonne demi-page en 1997).
«Qu’est-ce que je fous là?!!!» est en tous cas l’exclamation qui aurait pu s’échapper de mes lèvres en découvrant le nouveau visage de Lijiang. Autant dire que tout ce qui constituait le charme de ce dédale de ruelles pavées niché à 2400 m a pratiquement disparu derrière les innombrables échoppes à touristes et le flux continu de badauds venus des quatre coins de la Chine. Jugez par vous-même…

AVANT


APRÈS



Les ruelles et les canaux de la ville ont beau regagner un semblant de charme à la tombée de la nuit, encore faut-il réussir à faire abstraction des décibels renvoyés par les nombreuses boîtes disséminées un peu partout...



Ah, quand je pense que les concerts de la minorité Naxi étaient l’une des rares distractions possibles à l’époque... Qu’il est temps de partir vers d’autres horizons! Inconnus, cette fois-ci.


Les bonnes adresses de notre périple :

Zen Garden Hotel Lion Yard, 37 Shuang Shi Alley, Xin Hua Street (+86) 0888-5189799 Surplombant les toits de la ville, cet hôtel à la déco très soignée propose des chambres doubles avec lits king-size pour 880 Y, petit-déjeuner compris.

Namu Bar, Building B15/16, Yuhe Street (+86) 0888-5189092 Cet établissement, propriété de l’ex-chanteuse, mannequin et star locale Namu (je vous reparlerai d’elle tout bientôt), propose une suite à l’étage à la déco totalement extravagante. Pas vraiment donnée – 1000 Y la nuitée – mais a-t-on souvent l’occasion de s’asseoir sur un véritable trône, lorsque l’on ferme derrière soi la porte des toilettes?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire