vendredi 6 août 2010

Yunnan #3: Lugu Hu (et sa star, Namu)

Ça faisait un bout de temps que je rêvais de découvrir le pays Moso. Nous voilà enfin en route (version goudronnée d'abord, puis carrément "Camel Trophy", suite aux nombreux glissements de terrain causés par les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la Chine du Sud ces dernières semaines).


Au bout de six bonnes heures, le voilà enfin le fameux lac Lugu, berceau de l'une des dernières sociétés matrilinéaires au monde.


Et que dire de notre gite, si ce n'est wowwww!!! Bon, le ciel n'était pas aussi bleu que sur la photo que je vous sers ici, mais tout de même...

© Namu Palace
L'endroit idéal, en somme, pour se plonger dans la lecture du livre Adieu au lac Mère, qui a fait connaître la région (et, avec elle, les Moso) au monde entier.


«Adieu au lac Mère est le récit d'une enfance extraordinaire dans une société hors du commun. Cette enfance est celle de Yang Erche Namu, célèbre chanteuse et mannequin chinoise [...] née en 1966 chez les Moso, une société matrilinéaire des montagnes de Yunnan, à la frontière sino-tibétaine, à 2700 mètres d'altitude. Les Chinois appellent le pays Moso "le pays des filles", car chez les Moso, les femmes sont chefs de famille. Les Moso ont rejeté le mariage. Les unions sexuelles sont temporaires et les enfants appartiennent d'office à la famille maternelle. [...] Adieu au lac Mère relate les seize premières années de la vie de Namu, sa relation douloureuse avec sa mère, ses désirs de voyage et d'évasion, son ambition de voir le monde et l'aboutissement de ses rêves lorsqu'elle réussit un concours de chant et intègre le conservatoire de musique de Shanghai. Le récit de l'apprentissage de Namu est à la fois plein de drame, d'étrangeté et de beauté. A travers les yeux d'une enfant puis d'une adolescente fougueuse, on pénètre dans les alcôves où luisent au coin du feu les visages tannés, on goûte au thé au beurre de yack et on s'enivre de l'air des montagnes. On découvre comment s'y déclinent l'amour entre mère et fille, le conflit entre l'individu et la société. On éprouve les bouleversements sans précédent que sont l'intrusion de la révolution chinoise dans cette société millénaire aussi bien que l'éveil à la liberté d'une jeune fille au destin exceptionnel. Ce livre repose sur la rencontre de Namu avec une anthropologue française, Christine Mathieu, qui est l'une des premières Occidentales à avoir pu étudier les mœurs des Moso.»

Véritable icône en Chine, Namu Erche Yang a certes quelque peu déserté les lieux depuis, mais son visage reste omniprésent dans la résidence qu'elle s'est fait construire non loin de son village natal et dont elle met à disposition deux chambres pour les voyageurs.



Parmi les coupures de presse qui recouvrent une bonne partie des murs, pas un seul titre phare français ne  manque à l’appel. De quoi tenir compagnie durant les trois jours que nous passerons sur place (hélas, une méchante gastro me clouera au lit…).


Pour les Moso, les vrais, je ne peux donc que vous renvoyer vers le blog Lugu Hu, le havre des Mosu, ainsi que vers le splendide reportage photo de Nadia Ferroukhi, paru dans Géo en mars 2009, dont voici un petit teasing:

© Nadia Ferroukhi
© Nadia Ferroukhi


Les bonnes adresses de notre périple: Avec son incroyable vue embrassant tout le lac, le Namu Palace est le musée-résidence érigé par Namu herself à sa propre gloire. Immersion garantie dans le monde bariolé de la star, donc, qui plus est en compagnie de l'un de ses frères, qui gère les lieux en son absence. 600 Y la nuitée, petites excursions aux alentours comprises. Xiao Luo Shui Village, Sichuan Border (+86) 0888-5881968
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire