vendredi 17 septembre 2010

China Girls


Les filles de Shanghai sont réputées dans tout la Chine pour leur élégance. Si les cols Mao des qipao ont depuis longtemps été relégués aux boutiques pour touristes, les coquettes de 2010 ne manquent pas de sources d'inspiration avec le nombre de créateurs présents dans la moindre parcelle du très chic quartier de Xintiandi.

Mais comment passe-t-on d'un Karl Marx à un Karl Lagerfeld, dans un pays qui garde malgré tout la bannière du communisme? Grace à Vogue, quelle question! En ce mois de septembre, la version mandarine du célèbre magazine du groupe Condé Nast souffle ses cinq premières bougies. Trois fois plus épais que l'édition françaises ou britannique, on écarquille ses yeux en feuilletant les 622 pages qui le composent (près de 2 kilos de papier glacé!). Quant au rayon beauté, on reste carrément sans voix devant des annonces pouvant étaler sérums et potions sur six, huit, dix, voire douze pages d'affilée (surtout lorsque l'on a vécu sur sa propre peau la dégringolade de la pub dans la presse européenne...).

Il va sans dire que la semaine passée à Shanghai a été une formidable opportunité de lèche-vitrine. Mais ne nous imaginez pas en train de baver devant des tweeds Chanel ou Paul Smith. Non, six mois d'expatriation à Hanoi ont quelque peu revu à la baisse notre conception du luxe et, désormais, même des enseignes H&M ou Zara (inconnues chez nous) nous donnent l'occasion de saliver. Qui l'aurait cru?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire