vendredi 3 décembre 2010

Plat du jour maison: Bún Bò!



L’état nauséeux qui a caractérisé une bonne partie de ma grossesse m’a empêché de vous parler jusqu’ici de l’un des aspects les plus agréables de notre expatriation au Vietnam: la cuisine. Maintenant que les vapeurs de la saumure de poisson (ou nước mắm, pour les connaisseurs) n’ont plus de prise sur mon estomac, me voici prête à endosser le tablier pour vous servir l’un des mes plats préférés: le Bún Bò. Une salade à base de vermicelles de riz (bún), de bœuf () et de crudités à la sauce aigre-douce, dont la réalisation m'a été dévoilée par Lien, notre fée du logis, aujourd'hui éloignée de force des fourneaux.


Ingrédients pour 4 personnes:
500 g de filet de bœuf (ou rumsteck) émincé
500 g de vermicelles de riz fraîches du marché (ou, à défaut, des bun industrielles que vous aurez préalablement cuit dans un peu d'eau)
200 g de pousses de soja
1 carotte
1 chou-rave
quelques feuilles de laitue
herbes aromatiques fraîches (notamment basilique thaï, coriandre, menthe)
1 petit piment
4 gousses d’ail
150 g d’échalotes
100 g de cacahuètes
1 dl d’huile de cuisson (soja, colza ou arachides)
1,5 dl de vinaigre de riz
1 c. à s. d'huile de sésame (en version asiatique, noire et très concentrée)
4 c. à. s. de sauce aux huîtres
6 c. à s. de sauce nuoc mam
6 c. à s. de sucre
sel et poivre du moulin

Préparation:
  1. Mariner l’émincé de bœuf dans 2 cuillères à soupe de sauce aux huitres, 1 cuillère à soupe d’huile de sésame, 3 gousses d’ail pressées, 3 échalotes finement hachées, du sel et du poivre. Réserver au réfrigérateur pendant une bonne heure.
  2. Pendant ce temps, réduire en rondelles le restant des échalotes et les frire dans une grosse louche d’huile jusqu’à obtenir une texture croustillante (1 à 2 minutes max). Pensez d'ores et déjà à réserver une à deux cuillères de cette huile de friture aromatisée pour la cuisson de la viande.
  3. Dans une poêle anti-adhérente, rôtir brièvement les cacahuètes puis, dans un mortier, les concasser grossièrement.
  4. Peler la carotte et le chou-rave et les passer à la râpe à trous fins. Parsemer la julienne ainsi obtenue d’une grosse pincée de sel (histoire de l’attendrir) et rincer à l’eau au bout d’une dizaine de minutes. Puis, rajouter 4 cuillères de vinaigre de riz, 1 cuillère de sucre et, si besoin, encore une pointe de sel.
  5. Préparer la sauce nước chấm (la même qu’on utilise pour faire trempette avec les nems) en mélangeant 1 dl de vinaigre de riz, 5 cuillères de sucre, 6 de nuoc-mam, 1 petit piment rouge finement haché (auquel vous aurez préalablement enlevé les pépins), 1 gousse d’ail écrasée et du poivre. Rallongez avec 3 dl d’eau.
  6. Passer très brièvement les vermicelles au four à micro-ondes (ou, à défaut, dans de l'eau frémissante) afin de les tiédir.
  7. Faire brièvement sauter l’émincé de bœuf dans le fond d’huile aromatisé aux échalotes précédemment mis de côté. Rajouter les pousses de soja, 1 à 2 cuillères à soupe de sauce aux huitres, du poivre du moulin et poursuivre la cuisson pendant deux minutes.
  8. Dans des bols individuels, repartir la laitue sommairement coupée, les herbes aromatiques, la julienne de carotte et de chou-rave. Rajouter les vermicelles de riz. Couvrir avec le bœuf sauté (encore chaud) et arroser à son goût avec la sauce nước chấm. Parsemer de cacahuètes et d’échalotes frittes. Servir aussitôt.

Remarques:
  • Les quantités, et par conséquent les proportions entre viande, vermicelles et légumes, sont bien sûr aléatoires. A chacun de trouver son équilibre.
  • Selon les recettes, on peut trouver des chips d’ail au lieu des échalotes frittes.
  • On peut également ajouter à ce plat des nems coupés en morceaux.

Vous vous souvenez de l'émission "Vie ma vie"? 
Pendant que je fais la popote, c'est Lien qui bouquine 
(enfin, quand Hadrien et Raspoutine veulent bien lui laisser 
les mains libres...), tout en supervisant de loin mon travail.
Résultat des courses: un déjeuner presque parfait! ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires:

  1. Génial!!! 1000 mercis pour nous avoir dévoilé tous ces bons secrets... j'adore ce plat!!! Des gros bisous à vous 4.
    Caro, Thom et Louise.

    RépondreSupprimer
  2. Miam, slurp, glup!

    Elles sont très jolies toutes les deux photos :)

    En tant que Raspoutine's fan, je te signale que tu n'a pas mis de libellé "Raspoutine"...:(, mais ça va, c'est pas très grave, hi hi hi.

    Besos porteños =^.^=

    Aline

    RépondreSupprimer
  3. @louise: J'imagine pas trop compatible avec les préceptes alimentaires du Dr. Delabos, mais tellement bon... et plutôt light!

    @aline: Avec le nombre de chats de gouttière qui finissent à la casserole par ici, je préfère m'abstenir s'agissant d'un billet de cuisine... On n'est jamais trop prudents! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oh non, je pense au contraire que cela peut faire l'affaire chez Delabos... après tout c'est du boeuf et du riz???
    Par contre, puisque tu nous délivres quelques secrets de la cuisine vietnamienne... tu veux pas nous envoyer la recette de la fondue vietnamienne?? J'aimerai connaître les secrets de leur si délicieux bouillon!!!

    RépondreSupprimer
  5. Photo très appétissante (la 1ère : je précise compte-tenu de ce qui a été dit précédemment) mais Vi me dit que le nom de ce plat est bún thịt bò (xào). Peut-être l'appellation est-elle différente à Hanoi ? Dans le sud, bún bò (Huế) désigne une soupe de nouilles au bœuf.

    RépondreSupprimer
  6. @louise: je vais tenter de soulever quelques couvercles et tu l'auras ta spéciale dédicace. Si c'est comme pour le bouillon du pho bo, prépare déjà les épices: cardamome, girofle, cannelle, badiane, gingembre, coriandre, ...

    @nemo: on doit être un peu les ch'tis du pays car oui, il semble bien y avoir des différences au niveau des appellations ;-) Ici, le mot bun bo désigne bien le plat qui fait l'objet de ce post (on le mange pratiquement à tous les coins de rue). La soupe dont tu parles n'est en revanche pas très connue aux papilles des locaux qui n'ont jamais eu la chance de voyager au centre ou au sud. A ma connaissance, on la trouve seulement dans les restaurants d'un certain standing (et toujours avec le nom Hué accolé). En tapant "bun bo" sur google, j'ai d'ailleurs découvert qu'il existe un fan club de ce met, je cite "à ne pas confondre avec le bun bo hué"... Marrant!
    http://www.facebook.com/group.php?gid=62962660420

    RépondreSupprimer
  7. Bravo pour le blog et merci pour la recette que je vais faire rapidement.
    véronique

    RépondreSupprimer