samedi 26 février 2011

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles...

Enfin presque car, depuis les retrouvailles avec mes hommes, je ne suis pas exactement au top de ma forme. Une gastro est passée par là, me plongeant dans un état de fatigue que je n'avais plus éprouvé depuis ma grossesse. Même pas le courage de pianoter sur mon clavier, c'est dire!
 
La météo n'a, hélas, pas arrangé les choses. Depuis deux semaines, il fait désespérément gris et moche. 
Aux oubliettes les escapades dans les montagnes avec mon père. Se balader avec la boue jusqu’aux mollets? Pas trop mon trip en ce moment...
 
Même la baie d'Along est toujours 
en stand-by (d’ailleurs, avec l’accident qui a coûté la vie à douze touristes la semaine dernière, l’envie nous a presque un peu passée). Espérons qu'un semblant de rayon de soleil veuille bien pointer le bout de son nez afin de tenter l'aventure dans le courant de la semaine prochaine. 
 
"Un mauvais temps est plus facile à supporter quand on s'y attend", affirme toujours péremptoire le site internet que je consulte quotidiennement pour connaître la météo. Ah bon?
 
Heureusement, mon père semble plutôt prendre les choses avec philosophie. Après un premier choc initial avec la ville (plus que prévisible pour quelqu'un qui débarque d'un hameau de 200 habitants à peine), il s'est assez vite glissé dans les habits du parfait baroudeur au point de ne plus quitter d'un pouce son nouvel appareil photo. 





  
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 15 février 2011

La photo du mois: chasse au trésor

Nous voici le 15 déjà – midi, heure de Paris – instant fatidique au cours duquel les blogueurs participant à La photo du mois publient un cliché en fonction d’un thème imposé. Ce mois-ci, le thème choisi par Nolwenn était «Mon trésor».
  
Avec un tel énonce, j'avais certes l'embarras du choix au niveau du sujet. Et sous mon propre toit, qui plus est. Mais non! Au fil de mes longues pérégrinations hanoïennes, mon objectif (à vrai dire, le dos de mon iPhone) s'est plutôt tourné vers ces quelques tirelires bien dodues en forme de cochon.
  
D'accord, j'assume. Avec cette photo qui porte en elle l'écho de la monnaie sonnante et trébuchante, j'ai décidé d'être vénale. A croire que l’esprit généralisé de mon pays d’accueil (trèèèès axé fric) commence à détendre sur ma petite personne… Aïe!


Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 12 février 2011

Ceux qui m'aiment prendront l'avion

Vous connaissez bien le dicton… «si Mahomet ne va pas à la montagne, c’est la montagne qui va à Mahomet». C’est ainsi que, en ce moment même, mon père – accompagné de mes deux hommes de retour au pays – s’apprête à embarquer dans un Boeing de la compagnie Vietnam Airlines pour son tout premier vol long-courrier. Et pour ses tout premiers pas en Asie, il va sans dire! 

Je redoute quelque peu le choc culturel auquel il sera confronté dès la sortie de l'avion mais, au même temps, je m’amuse d’avance de ses yeux grands écarquillés face à un monde entièrement nouveau. Saura-t-il en percer tout le charme? Je l’espère.

D’autres candidats pour la suite, sinon? La chambre d’amis affiche encore pas mal de disponibilités… J


Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 11 février 2011

Elle parle vietnamien!

 
Force est de constater que j’ai fait des sacrés progrès en viet durant ces derniers mois. La preuve? Entre l’édition du mois de novembre du ELLE local et le numéro en cours, ma compréhension des accroches de couverture est passée d’environ 5% à pratiquement 100%. Trop forte, n’est-ce pas? 

Bon, d’accord, je ne pige toujours pas grande chose à part les vœux usuels de bonne année mais le prix reste au moins raisonnable: 39'500 dongs (soit 2 $), au lieu des 205'000 facturés par l’épicerie de l’hôtel Métropole pour l’édition française (soit 10,50 $). C'est déjà ça de gagné...

Longue vie à ELLE Vietnam, donc, qui lance ce mois-ci sa quatrième édition!
     
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 9 février 2011

Amour, santé, prospérité!

Durant les jours qui suivent le Têt, les temple et les pagodes de Hanoï connaissent l'affluence des grands jours. On y vient le plus souvent en famille, fleurs en toc à la main, bâtonnets d'encens sous le bras et liasses de petites coupures plein les poches. Dans une ambiance à mi-chemin entre le solennel et le bon enfant, chacun y va de sa petite prière. But de l'opération: s'attirer les bonnes grâces du Ciel!









Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 7 février 2011

En visite à Bat Tràng pour le Têt

Depuis que nous sommes installés à Hanoï, j’ai rarement eu l’occasion de traverser le fleuve Rouge pour me rendre dans la périphérie Est de la ville (le nom Hà Nôi signifie "en-deçà de la rivière"). J'aime beaucoup pourtant la vue que l’on a en chemin sur le pont ferroviaire Long Biên, conçu par Gustave Eiffel au début du XXe siècle. Cela ne manque pas de me rappeler à chaque fois ma toute première prise de contact avec la ville, il y a douze ans déjà, lorsque, bourlinguant en brave petite routarde, j’arrivais en sens inverse depuis la Chine.

Bref, l’occasion d’enjamber le fleuve s’est présentée hier, Hadrien et moi étant attendus pour la troisième journée du Têt à Bat Tràng, le village natal de Lien, quelques 20 km au Sud-Est de Hanoï.

Je ne vous cache pas une légère appréhension à l’idée de passer toute une journée en «guest-star» au milieu de parfaits inconnus – à part Lien et son fils bien sûr –, mais l'occasion était trop belle pour vivre le Têt de l'intérieur, au sein d'une famille représentative d'une bonne frange de la société vietnamienne.

Hélas, dans les préparatifs de notre mini-expédition, j’ai pensé à tout sauf à recharger la batterie de mon appareil photo, raison pour laquelle je ne peux vous servir que quelques minables clichés en qualité iPhone3...


Lien, son fils Trung et mon petit Hà(drien)
Visite familiale à la pagode du village
L'autel avec ses nombreuses offrandes en nourriture, bières, argent, faux lingots,...
L'autel côté verso, avec quelques vases en céramique qui font la réputation du village de Bat Tràng
Retour vers la maison et séance photo au bord du fleuve Rouge
Échange de "lucky money"* sous l'œil bienveillant de la grande-mère paternelle de Lien
Ce qui est bien avec les dongs, c'est qu'on est vite millionnaires...
Un peu d'argent de poche pour les ancêtres également, histoire de leur assurer un peu d'aisance dans l'au-delà...
A table! Quelques sueurs froides à l'idée que quelqu'un pourrait glisser dans mon bol l'une des deux pattes de poulet de l'assiette du milieu (un morceau de choix tout droit désigné pour les invités, si ça se trouve...)
Ouf, j'y échappe!
Vive la salade de papaye et le gâteau traditionnel banh chung, dont je me sers très généreusement!
Et un petit coup de snaps pour la route...
Personne ne semble décidé à me rendre mon bébé d'amour...
... jusqu'aux derniers adieux... 

* En signe de porte-bonheur, il est d'usage d'offrir aux enfants et aux personnes âgées des enveloppes rouges contenant des petites coupures d'argent neuves que l'on nomme "Lucky Money". Pour autant qu'on ait des enfants (ou que l'on soit en âge avancé), cela revient la plupart du temps à un pur et simple échange d'argent (à titre d'exemple, j'ai distribué hier 200'000 dongs – soit environ 10 $ – et j'en ai "encaissé" si j'ose dire, 190'000...). Cela dit, comme les banques, à l'approche du Têt, sont souvent en rupture de stock de billets sortant d'imprimerie, cette tradition a entraîné un businness où l'on n'hésite pas à demander jusqu'à 30% de commission... Ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace, comme on dit! 


     
Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 4 février 2011

After Têt

Hadrien et moi étions de sortie pour une longue ballade jusqu'au lac Hoan Kiem aujourd'hui et, croyez-moi, c'est bien la première fois que l'expérience s'avère possible avec notre grosse poussette. Non pas que les routes étaient désertes, mais les trottoirs, au moins, relativement désencombrés. Une chose absolument incroyable à Hanoï où la chaussée sert normalement à tout sauf à déambuler... On vous y amène? Go!











Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 3 février 2011

Chúc mừng năm mới!

Je ne vais certainement pas vous surprendre en vous disant que les Vietnamiens sont du genre plutôt superstitieux. À titre d'exemple, le bon déroulement du premier jour de l’an lunaire est capital à leurs yeux car il conditionne les douze mois suivants. Ainsi, la toute première personne croisée de la journée peut, selon les cas, être porteuse de chance ou de poisse. Il vaut donc mieux rester chez soi jusqu’à une heure tardive si l’on est en deuil, pauvre, malchanceux ou, tout simplement célibataire à un âge avancé (comprenez par là en-dessus de 30 ans).
  
Conseil appliqué à la lettre, bien que je ne sois ni en deuil, ni pauvre, ni malchanceuse, ni célibataire. Seulement voilà: le moral commence un tout petit peu à flancher depuis que mon homme s'est envolé pour la Suisse avec fiston n°1, vendredi dernier. J'ai beau avoir respecté la tradition en acquérant kumquat, branches de pêcher et banh chung en quantité (le gâteau de riz gluant traditionnel farci de pâte d'haricots, d'oignons grillés et de viande de porc, enveloppé dans des feuilles de latanier et ficelé de brindilles de bambou), j'ai un peu sous-estimé la portée familiale que revêt le Têt...




Mais, bien sûr, je suis loin d'être totalement démunie d'un point de vue affectif. Partagent ma couche baby n° 2, ainsi qu'un adorable matou, star incontestée de l'année qui démarre (les Chinois lui préfèrent le lapin, tant pis pour eux...).

Allez, chúc mừng năm mới, comme ils disent!!!

  
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 2 février 2011

Chacun cherche son chat

Ça se bousculait pas mal hier après-midi dans Hang Mã la rue spécialisée dans les objets votifs , à 24 heures du début des festivités du Têt du Chat. À croire que tous les Hanoïens avaient attendu la dernière minute pour faire leurs emplettes. Heureusement, mes photos étaient déjà dans la boîte, elles...






  
Rendez-vous sur Hellocoton !