mercredi 8 février 2012

Pékin Express (enfin, presque...)

Une citation me trotte dans la tête depuis que j'ai revu, il y a quelques semaines, le film Transsibérien de Brad Anderson: «Life is a journey, not a destination» (titre d'ailleurs de mon dernier billet). C'est le sexyssime Eduardo Noriega qui lâche la phrase au détour d'un rail. Aucune idée, en revanche, quant à son auteur. Probablement quelqu'un qui, un jour, a juste voulu faire son intéressant. Il n'empêche que je partage assez ce point de vue. Du moins pour ce qui est de l'art des vacances, d'autant plus que je n'aime pas particulièrement l'avion... 

L'occasion pour un long voyage en train s'est présentée lorsque Chéri m'a annoncé son envie de rentrer à Genève pour le Têt. Mon cerveau s'est aussitôt mis à épeler silencieusement H-A-R-B-I-N, où se déroule chaque année un festival des glaces (jamais, de toute manière, il aurait consenti à s'y rendre en plein hiver, pas plus que j'avais moi envie de retrouver la Cité de Calvin au mois de janvier). 

Quelques négociations plus tard  notamment quant au partage des gosses  l'idée fait son chemin. Je m'envole pour Pékin avec fiston numéro 1 – trois ans et demi au compteur , pour ensuite prendre mon temps pour rejoindre la Mandchourie. Et puis non. Avec l'approche du Nouvel An chinois, le prix des billets d'avion s'est lui aussi envolé. Pourquoi, dès lors, ne pas "monter" en train depuis Hanoï? J'apprends qu'un soi-disant "direct" rallie la capitale vietnamienne à Pékin le mardi et le vendredi. En 42 heures. Enfin, 41 si l'on tient compte du décalage horaires entre les deux pays.

Vendredi 20 janvier, 18h30 pétante: coup de sifflet du chef de gare. Le train s'ébranle dans un bruit de ferraille. Quelques minutes plus tard, il enjambe déjà le Fleuve Rouge. La Chine s'approche. La première nuit sera quelque peu saccadée par des démarches douanières. Il faudra notamment changer de convoi à la frontière du Col de l'Amitié peu avant minuit, puis débouler du carrosse à 6h15 (c'est à dire 5h15 pour nos bio-rythmes tonkinois) et s'engouffrer dans la salle d'attente de la gare de Nanning une heure durant. Cela dit, quelle chance, car, d'un côté comme de l'autre, nous aurons une cabine à nous tous seuls (alors que je n'avais réservé qu'une seule couchette pour les deux). 

Je craignais la question  «C'est quand qu'on arrive?», mais non. Elle ne sortira pas de la bouche de mon chérubin, décidément facile à vivre (ou juste amadoué par le roulis du train). Les heures s'égrainent doucement dans la contemplation de la Chine qui défile sous nous yeux. Les premiers pics karstiques font leur apparition au loin, à demi cachés par la brume. Quelle fabuleuse échappée belle! Il va sans dire que cela me donne d'autant plus envie de poser un jour mes fesses dans un Pékin-Moscou...

Gare de Hanoï, l'aventure commence!

Uli, l'inséparable compagnon de voyage.
Côté chinois, un terrain de jeu pas si restreint...
... et une cabine toujours que pour nous!







En-dessous d'1m20, les enfants voyagent gratuitement en Chine.
Moins joli qu'un samovar, mais tout aussi efficace pour s'apprivoisionner en eau chaude.

Nos compagnons de voyage, quelques wagons plus loin.




A l'approche de Pékin, plus grand monde à bord...
BeiJing Xi, terminus. Tout le monde descend!
Même pas peur de recommencer en sens inverse!
En pratique:

  • Le "Hanoï-Beijing" quitte la capitale vietnamienne deux fois par semaine: le mardi et le vendredi à 18h30. Il atteint Pékin le surlendemain, soit jeudi ou dimanche, peu après midi.
  • Un billet en couchette molle dans un compartiment pour quatre personne (pas moyen d'acheter autre chose au départ de Hanoï) coûte 6'715'000 VND, soit 320$. Il faut être en possession d'un visa chinois avant de pouvoir procéder à l'achat du billet. Une solution meilleur marché consiste sans doute à se procurer un billet international Hanoï-Nanning, puis à acheter la suite une fois sur place (le train s'arrête en gare de Nanning pendant près de deux heures), avec le risque, bien entendu, de devoir se rabattre sur un autre train.
  • A Dong Dang, le poste frontière vietnamien, il faut descendre pour les formalités douanières et changer de train. Le nouveau convoi quitte Dong Dang à 23h59.
  • Côté chinois, les formalités se passent dans le train et sont assez minutieuses. Il semblerait que les guides Lonely Planet soient toujours confisqués par des gardes-frontière zélés (avec pour motif que Taiwan y figure comme pays indépendant!). Je veux bien le croire car tous les livres et magazines embarqués dans ma valise ont été passés à la loupe (mais j'avais heureusement pensé à cacher négligemment mon Lonely sous l'oreiller...).
  • En gare de Nanning, pendant que le train se rallonge d'une bonne dizaine de wagons, il faut patienter en salle d'attente une bonne heure durant. Les bagages, eux, peuvent rester en cabine.


Rendez-vous sur Hellocoton !

17 commentaires:

  1. Quelle periple! Je me suis penchee sur une carte (heu c'est ou Harbin?), ca en fait des kilometres a parcourir, le voyage en train a l'air charmant ce la dit! Et cote temperatures wow c'est plus que froid comme ville! Hate de voir des photos des sculptures :)

    RépondreSupprimer
  2. Je savais pas du tout pour le Lonely Planet, c'est dingue ^^ Mais ça doit être qu'à certaines frontière parce que nous l'avons traversé à Hong Kong et on ne s'est pas fait fouiller =) Puis c'est quand même un guide hyper pratique!

    Si jamais tu veux manger du canard Pékinois, on avait trouvé une superbe adresse sur internet qui était conseillé par les expats, pas trop cher (c'était avec un menu et on payait 300Y pour deux je crois) et le canard était superbe! Le meilleur que j'ai mangé =)

    Oh et sinon, je suppose que tu le sais mais y a vraiment plein de gens qui essayent d'escroquer les tourites en les amenant dans des maisons de thé et en leur demandant 1000Y à l'addition. Ce sont des gens qui t'abordent dans la rue en disant qu'il fait froid, te demande d'où tu viens, si tu veux pas aller boire un truc chaud avec eux, etc. La technique: "Bah venez, on allait au Starbucks justement" =)

    RépondreSupprimer
  3. @juliette: 3500 Km entre Hanoi et Pékin et probablement un millier de plus pour Harbin. Côté températures, c'était frisquet, effectivement... Entre -15 et -23 la journée et jusqu'à -28 la nuit.

    @life_with_blond_hair: Merci pour les bons tuyaux. Trop tard, hélas, pour le canard puisqu'on est rentrés à Hanoï ce dimanche. Et je ne connaissais pas sinon l'arnaque des maisons de thé... Imparable la réponse. Je m'en souviendrai! :)

    RépondreSupprimer
  4. Genial, voila un periple qui donne envie. Les voyages en train ont toujours un peu de magie, je crois et ce (long) trajet a vraiment du etre une malle a souvenirs incroyables. Vivement la suite du recit... Et felicitations au globe-trotter en culottes courtes !

    RépondreSupprimer
  5. Quand je pense que mes filles sont traumatisées par un trajet Venise-Paris un peu longuet (14h) ! Elles ont même vomi toutes les deux, je n'avais jamais vu ça ! Il n'y aurait pas moyen de les emmener dans ce périple ...

    Ca a l'air bien confortable en tous cas. Chouette mini reportage.

    RépondreSupprimer
  6. Ah oui, ça donne bien envie de partir votre petite voyage! Par contre, suis pas certaine que ton fiston serait content plus tard de savoir que tu as mis une photo de lui aux toilettes LOL

    RépondreSupprimer
  7. Pour la gratuite de l'enfants de moins de 12 ans dans le train nous avons fait la meme experience, idem pour les hotels. Attention, cela signifie aussi qu'il n'a en principe pas de lit et qu'il faut le prendre sur sa propre couchette. C'est assez serre! Pareil a l'hotel, ou seules nos filles de 15 et 12 ans avaient un lit! Il faut le savoir

    RépondreSupprimer
  8. @la_grande_blonde: J'adore l'image de la malle à souvenirs! ;)

    @bénédicte: J'avais des pastilles de Dramamine avec moi, mais ça n'a pas été nécessaire. Lucky! :)

    @la_madame: J'ai hésité, effectivement, et n'exclue pas une autocensure tardive... ;)

    @anonyme: Je ne sais pas pour les hôtels mais, dans le train, la gratuité est assurée jusqu'à 120 cm, pas jusqu'à 12 ans. C'est vrai que les couchettes sont drôlement serrées (dans les 70 cm de largeur), mais avec un fiston de 3 ans ça va. En revanche, pour les wagons assis (de même que pour les bus), j'ai à chaque fois préféré payer deux places.

    RépondreSupprimer
  9. je t'envie, si tu voyais les trains indiens dans lesquels j'ai voyagé à Noël, tu aurais peur ;)

    RépondreSupprimer
  10. Tu m'as fait voyager depuis notre cité de Calvin :-) en ce moment les paysages sculptés dans la glace donnent une allure de Sibérie aux rives de Léman et un je ne sais quoi de sauvage qui m'inspire plus qu'un hiver trop doux (mais là ça sonne maso, en vrai ça fait froid jusqu'aux os moi y compris :-).

    Quel joli récit en tout cas, merci du partage!

    RépondreSupprimer
  11. Qu'un mot à dire: bravo !
    Tenter une telle aventure avec un petit, je suis admirative... (enfin, peut-être que quand je serai moman à mon tour, ça me paraitra moins énorme...)

    RépondreSupprimer
  12. @estellecalim: J'en garde quelques souvenirs (et pas des meilleurs...) ;)

    @karrijini: Un brin maso (brrrrr!!!), mais je partage ton sentiment.

    @ye_lili: J'avoue que l'aîné est particulièrement facile à canaliser lorsqu'on est seuls les deux. Avec le petit, ç'aurait été une toute autre affaire... ;)

    RépondreSupprimer
  13. Tes photos sont juste géniales, j'ai adoré cette série et cette aventure ! Il faut absolument que tu publies le livre de tes photos, tu nous emmènes de plus en plus loin, bravo. Et ce petit a l'air top. Merci, vraiment, de prendre le temps de partager. Une bise gelée...

    RépondreSupprimer
  14. Quelle superbe aventure... merci Michela de nous l'avoir fait vivre de cette si belle façon... Splendide! Alexandre est déjà un vrai globe trotteur, excellent.

    RépondreSupprimer
  15. @sophie: Si je te disais que j'ai toujours mon album de mariage en suspens... Mais toi, avec ta belle plume, pourquoi pas un "Usage du monde" à usage familial? Ce serait top! :)

    @carine: Comme on dit, les voyages forment la jeunesse! ;)

    RépondreSupprimer
  16. Quel voyage ! J'espère que ton fils s'en souviendra quand il sera grand. :)

    RépondreSupprimer
  17. Ηі thегe to eveгy , as I am in fact κеen of reading this blog's post to be updated daily. It consists of nice information.

    Here is my blog ... China Airport beijing

    RépondreSupprimer