mercredi 25 décembre 2013

Ho ! Ho ! Ho !!!


Yes, le Père Noël a bel et bien démarré sa tournée mondiale! Cap vers l'Ouest désormais. Enjoy! :)


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 18 décembre 2013

Atelier "gnocchi"



Dans la série "les mains dans la farine", j'ai dernièrement été réquisitionnée par l'école d'Alexandre et Hadrien pour animer un petit atelier de cuisine. L'établissement célèbre chaque année au mois de décembre le International Month, histoire de partager quelques us, coutumes et saveurs des 34 nationalités présentes sur les lieux (dont seulement deux petits Helvètes). 

Etant originaire de la partie italienne de la Suisse, c'est tout naturellement que je me suis lancée dans la préparation des gnocchi de pommes de terre, un plat que généralement tous les enfants adorent, autant dans la phase de façonnage - plutôt ludique, tant qu'on a pas à nettoyer derrière -, que dans l'assiette.

La recette est archi simple et pratiquement inratable si l'on prend garde à choisir des pommes de terre à chair farineuse, type Bintje: 1 kg de vieilles pommes de terre (cuites avec la peau), 350 gr de farine, sel, poivre et un soupçon de noix muscade. Le pas à pas en images.



ATELIER AVEC LES "STARS", la classe d'Alex

En guise d'intro, la Suisse et ses quatre (enfin, disons trois pour faire plus simple) régions linguistiques.
Puis le Tessin et ses paysage de carte postale (c'est vrai que c'est bôôôôô!!!).

Magie du presse-purée.
Un peu de farine, sel, poivre et noix de muscade et le tour est pratiquement joué.
Enfin, encore faut-il un peu d'huile de coude...



... avant le passage à la marmitta. Les gnocchi sont cuits dès qu'ils remontent à la surface de l'eau.
Enfin le moment de la dégustation (ici avec du pesto maison).
The photo souvenir at the end.


ATELIER AVEC LES "CATERPILLARS", la classe d'Hadrien

On prends les mêmes ingrédients et on recommence.
Ambiance médusée cette fois-ci.




Qu'est qu'on ne ferait pas pour voir de la fierté dans le regard de son fiston, hein?



Rendez-vous sur Hellocoton !

samedi 14 décembre 2013

De l'art d'ouvrir une noix de coco

Je sais, j'ai sans doute en peu vite passé en revue les ingrédients de ma recette de hier. Préparer une Buko Pie c'est du gâteau, c'est dépiauter les jeunes noix de coco que ce n'est pas de la tarte! (pourquoi une tarte serait d'ailleurs plus difficile à concocter qu'un gâteau? Bah, mystères des expressions idiomatiques françaises...). On trouve ici et sur la toile, des tutoriels pour s'en sortir. J'ai même fait l'acquisition d'une machette pour l'occasion, mais j'avoue ne pas très bien maîtriser la technique pour l'heure. Enfin, pas aussi bien que Mme Coconuts, une vraie pro!





Avant d'en arriver là, encore faut-il mettre la main sur les buko, ou jeunes noix de coco vertes, vous me direz. C'est sûr que la majorité de mon lectorat risque de rester sur sa faim, mais j'ai tout de même une poignée d'aficionados sous les cocotiers de l'île Maurice, du Congo et de Guyane Française... :)

Après, c'est le prix qui va déterminer la faisabilité de la recette ou pas. A Hanoi, une jeune noix de coco se vend à 25'000 dong, soit un dollar et des poussières. Comme il en faut environ cinq pour récolter 400 grammes de chair, c'est loin d'être une recette très bon marché (entre beurre, farine, oeufs, crème, etc, on termine dans les 8 dollars/pièce). Aux Philippines en revanche, c'est l'un des ingrédients les plus économiques qui soit, ce qui fait de cette tarte un délicieux "étouffe-chrétien" à peu de frais.



Rendez-vous sur Hellocoton !

vendredi 13 décembre 2013

Au fournil! (...et enfin au clavier)



Désolée d’avoir à nouveau déserté les lieux. Disons que j’ai pas mal eu les mains dans la farine ces derniers temps. En rentrant des Philippines, je n'avais qu'une idée en tête: reproduire la mythique Buko Pie locale, une bombe calorique à base de jeune noix de coco, dont je me suis régalée à Manille (merci qui? merci Alexandra!)Les évènements tragiques qui ont frappé l'archipel depuis n'ont fait que renforcer ma motivation. Après tout, la tarte pourrait servir d'appât pour récolter quelques fonds, n'est-ce pas?

La recette que je vous livrer ici est le fruit d'une demi douzaine d'expérimentations (Chéri s'est mis au programme HerbaLife depuis...) et a été testée et approuvée par la communauté philippine de Hanoï qui s'est chargée de vendre ma production finale lors du Charity Bazaar qui a eu lieu fin novembre. 





Ingrédients pour une tarte de 24 cm de diamètre

Pâte brisée sucrée:

215 gr. farine
100 gr. beurre coupé en morceaux
1 pincée de sel
40 gr. de sucre
1 oeuf

Dans un grand bol, mélanger la farine, le sel et le sucre. Rajouter le beurre. Pétrir du bout des doigts jusqu'à obtenir une semoule homogène. Rajouter l'oeuf et pétrir jusqu'à ce que le mélange forme une boule. Recouvrir d'une pellicule plastique et laisser reposer une petite heure au frigo. Abaisser la pâte sur un plan de travail fariné et tapisser le moule. Piquer le fond à la fourchette avant d'y déposer la farce.






Farce:
400 gr. de pulpe de jeune noix de coco (soit environ 4-5 noix dont on va garder 150 gr. d'eau)
85 gr. de sucre blanc
100 gr. de lait concentré (tel le "Evaporeted Milk" de la marque Carnation de Nestlé)
40 gr. de lait ou crème de coco 
30 gr. de crème entière
40 gr. de maïzena

Ouvrir les noix de coco en prenant soin de récolter le liquide à l'intérieur. Retirer la chair et la couper en fines lamelles translucides. Dans une casserole, porter le lait concentre, le lait ou la crème de coco, la crème entière et le sucre à ébullition. Ajouter la noix de coco réservée et cuire 2-3 minutes. Pendant ce temps, dissoudre la maïzena dans 130 gr. d'eau de coco et rajouter dans la casserole. Cuire quelques minutes jusqu'à ce que le mélange épaississe. Laisser refroidir et garnir l'abaisse précédemment piquée à la fourchette. Décorer la superficie de la tarte de quelques lanières de pâte entrelacées (voire d'un deuxième disque, si vous avez suffisamment de pâte). Enfourner à 200° et cuire environ 45 minutes.




Rendez-vous sur Hellocoton !

dimanche 10 novembre 2013

Coron Island, le jour d'après


J’ai le cœur très très gros en voyant les images de désolation en provenance des Philippines, où le typhon Heiyan/Yolanda semble avoir fait plus de 10'000 morts. L’île de Coron, sur laquelle nous étions pas plus tard que la semaine dernière, a elle aussi été lourdement touchée. Avec une dizaine de pertes humaines et 80% des infrastructures réduites au néant, autant dire que la carte postale a viré au cauchemar (et cela est évidemment bien en-dessous de ce qui s’est passé plus à l’Est, dans la région de Tacloban). Quelques photos ci-dessous...


REUTERS

REUTERS

epa/office of the major of coron




Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 17 octobre 2013

Attention, SPAM !



A en juger par le nombre de compères expats qui se plaignent régulièrement de leur vie à Hanoï, je présume que la table-ronde de hier soir a dû rencontrer un franc succès. Il faut dire que même le ciel - grisâtre et pluvieux à souhait suite au passage du typhon Nari - était de la partie. 

Sauf que, auparavant, il était bleu. Si, si: bleu! Et pour non moins de dix jours consécutifs. Comme quoi ça arrive, même dans Hanoï la soi-disant grise... 

Vous l'aurez compris, je suis assez peu réceptive aux blues météorologiques et autres vagues à l'âme de la communauté expatriée. Je fais de mon mieux pour éviter les râleurs professionnels qui sévissent en nombre par ici, alors pitié, n'essayez pas de me racoler par courriel! 

Déjà que ma boîte mail déborde! Arghhh! 

(Râleuse moi? Juste un peu...) 


PS à l'attention d'une copine qui se reconnaîtra (et dont un mail affublé d'un drapeau rouge reste honteusement en attente d'une réponse de ma part depuis des semaines): "L'expatriation côté off", voilà un sujet des plus intéressants. Voudrais-tu être ma contributrice d'exception? En tout anonymat bien sûr... ;)


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 16 octobre 2013

Le Vietnam se souvient

Quelques brèves nouvelles du front pour vous signaler que oui, nous avons bel et bien survécu au deuil national décrété le week-end dernier suite au décès du général Giap (héros de l'indépendance vietnamienne, immensément populaire pour avoir battu les Français en '54, contribué à la défaite américaine en '75 et, non moins vaillamment, avoir critiqué le Parti par la suite...). 

Notre quotidien n'aura finalement pas trop été bouleversé. Seules les chaînes de télévision étrangères (TV5 Monde dans le lot) auront été obscurcies pendant 48h pour ne laisser qu'un choix homogène de reportages de guerre et de musique patriotique. Fascinant Vietnam! 





Tout semblait également être rentré dans l'ordre, en ce début de semaine, dans le périmètre de la maison funéraire du Ministère de la Défense, lieu des célébrations. Il se trouve que, chaque mardi, j'ai cours de patronage dans un espace qui surplombe cet ensemble (ci-dessous, la vue depuis ma portion de fenêtre).





NB: Voilà, en gros, comment tenter de commenter les news locales tout en restant sur un terrain "personnel". Oui, car le gouvernement a récemment procédé à un tour de vis supplémentaire dans sa stratégie de censure. Désormais, blogs et réseaux sociaux ne peuvent être utilisés ici que pour "échanger des informations personnelles", nullement pour "citer des articles faisant référence à des informations générales, que cela soit des articles de presse, d'agences de presse ou de sites en ligne officiels".

Ok, je plaide coupable pour la retranscription des propos du Premier Ministre, tout comme pour les trois premières photos piquées à l'AFP...


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 9 octobre 2013

C'est la reprise (du blog aussi...)

Oui, je sais... reprise sacrément tardive chez les Petits Suisses. Ou du moins chez leur chroniqueur, Alexandre et Hadrien ayant, eux, repris le chemin de l'école il y a sept semaines déjà! 



La logistique est facilitée le matin, puisque les deux sont désormais regroupés dans le même établissement scolaire: System's Little House


Du haut de ses cinq ans, Alexandre compte maintenant parmi les Stars...




... alors qu'Hadrien - trois ans à la fin du mois - vient d'intégrer la classe des Caterpillars (chenilles) et se retrouve, pour la première fois, confronté à la langue de Shakespeare.




Il revoit néanmoins tous les jours ses anciens camarade de la crèche pour un after-school 100% tiêng viêt (dans les photos ci-dessous, lors de la fête de la mi-automne). Trop marrant de l'entendre cracher ses premières phrases en vietnamien! Si seulement on pouvait en dire autant...


 
 

Rendez-vous sur Hellocoton !